Accueil
La paroisse
Les actualités
Célébrer et Prier
Activités
Au service de la Liturgie
Solidarité / Proximité
Communication
Culture
Albums photos
Agenda du mois
 
 
Rechercher
Agenda
Le mois dernier Août 2017 Le mois prochain
L Ma Me J V S D
week 31 1 2 3 4 5 6
week 32 7 8 9 10 11 12 13
week 33 14 15 16 17 18 19 20
week 34 21 22 23 24 25 26 27
week 35 28 29 30 31
Qui est en ligne?
Nous avons 13 invités en ligne
espace réservé



Il n’est pas une semaine, voire même parfois pas un jour, où nous sont rapportés une parole ou un acte du pape François qui ne cesse de nous étonner par sa pertinence, son actualité, comme par sa simplicité et sa justesse évangéliques. Une récente interview fait le "buzz" (comme disent les jeunes !). Et pour cause. Qu’en en juge à travers quelques extraits parmi tout ce qui m’a frappé et qui insiste sur l’urgence de la mission.

La vocation de l’Église dans le monde

« Je vois avec clarté que la chose dont a le plus besoin l’Église aujourd’hui, c’est la capacité de soigner les blessures et de réchauffer le cœur des fidèles, la proximité, la convivialité. Je vois l’Église comme un hôpital de campagne après une bataille. Il est inutile de demander à un blessé grave s’il a du cholestérol et si son taux de sucre est trop haut?! Nous devons soigner les blessures. Ensuite nous pourrons aborder le reste. Soigner les blessures, soigner les blessures… Il faut commencer par le bas. » Et plus loin : « L’Église s’est parfois laissée enfermer dans des petites choses, de petits préceptes. Le plus important est la première annonce?: “Jésus-Christ t’a sauvé?!”

Débat moral et témoignage de la foi

« Nous ne pouvons pas insister seulement sur les questions liées à l’avortement, au mariage homosexuel et à l’utilisation de méthodes contraceptives. Ce n’est pas possible. Je n’ai pas beaucoup parlé de ces choses, et on me l’a reproché. Mais lorsqu’on en parle, il faut le faire dans un contexte précis. La pensée de l’Église, nous la connaissons, et je suis fils de l’Église, mais il n’est pas nécessaire d’en parler en permanence. Une pastorale missionnaire n’est pas obsédée par la transmission désarticulée d’une multitude de doctrines à imposer avec insistance. L’annonce de type missionnaire se concentre sur l’essentiel, sur le nécessaire, qui est aussi ce qui passionne et attire le plus, ce qui rend le cœur tout brûlant, comme l’eurent les disciples d’Emmaüs. Nous devons donc trouver un nouvel équilibre, autrement l’édifice moral de l’Église risque lui aussi de s’écrouler comme un château de cartes, de perdre la fraîcheur et le parfum de l’Évangile. »

Foi et incertitude

« Dieu se rencontre dans l’aujourd’hui. (…) Bien sûr, dans ce chercher et trouver Dieu en toutes choses, il reste toujours une zone d’incertitude. Elle doit exister. Si quelqu’un a la réponse à toutes les questions, c’est la preuve que Dieu n’est pas avec lui, que c’est un faux prophète qui utilise la religion à son profit. Les grands guides du peuple de Dieu, comme Moïse, ont toujours laissé un espace au doute. Si l’on doit laisser de l’espace au Seigneur, et non à nos certitudes, c’est qu’il faut être humble. Notre vie consiste à marcher, cheminer, agir, chercher, voir… On doit entrer dans l’aventure de la recherche, de la rencontre, et se laisser chercher et rencontrer par Dieu. »

Père Rémy Crochu