Accueil
La paroisse
Les actualités
Célébrer et Prier
Activités
Au service de la Liturgie
Solidarité / Proximité
Communication
Culture
Albums photos
Agenda du mois
 
 
Rechercher
Agenda
Le mois dernier Septembre 2017 Le mois prochain
L Ma Me J V S D
week 35 1 2 3
week 36 4 5 6 7 8 9 10
week 37 11 12 13 14 15 16 17
week 38 18 19 20 21 22 23 24
week 39 25 26 27 28 29 30
Qui est en ligne?
Nous avons 51 invités en ligne
espace réservé



Eglise Sainte Marie-Madeleine 1886
L'église actuelle, située au centre du bourg, est le troisième lieu de culte de la paroisse de Barbechat. La première église, datant du XIIIème siècle, était sur les hauteurs du Perthuis-Churin. En 1769, la translation eut lieu en une deuxième église au milieu de l'actuel bourg. Malheureusement des malfaçons en limitèrent sérieusement la durée. En 1885, on entrepris la construction de l'actuelle église qui ne fut jamais terminée puisque le clocher et sa flèche furent abandonnés faute de finances suffisantes.

Dans le transept droit, un retable antérieur au XVIIIème siècle, sculpté dans la pierre blanche faisait partie intégrante de l’autel de l'ancienne église du Perthuis Churin. C'est une représentation de Marie-Madeleine, la pécheresse, pénitente et pardonnée dans une position lascive. On peut y voir le Crâne sur lequel elle médite, le vase à parfum ou pot d’aromates qu’elle avait apporté avec elle au Sépulcre, le martinets à 7 lanières : peut-être une allusion aux démons qui possédaient Magdeleine (Marie de Magdala fut guérie par Jésus de 7 démons), une tête de chat laissant s’écouler sa bave : présence maléfique insolite dans cette représentation de la sainte.
Les vitraux du chœur et des transepts méritent d'attirer les regards
Vestiges de l’église Sainte Magdeleine vers le XIIIème siècle
Le 1er édifice religieux de style gothique aurait été construit vers l’an 777. L'église était dédiée à Sainte Magdeleine, patronne de Barbechat.
Porche et fondations de dimensions modestes : 17 m sur 5,60 m à l’intérieur.
On peut distinguer encore deux pièces un peu en retrait : la sacristie et l’écurie du prêtre.
Le cimetière était à une centaine de mètres plus loin (sous la châtaigneraie aujourd’hui) car l’église est construite sur un rocher.
En 1769, le bâtiment étant trop vétuste, une église est érigée au Bois Guillet (à l’emplacement de l’église actuelle) et bénite en 1771.
Ouverture : Tous les jours

Mis à jour (Mardi, 29 Juin 2010 21:49)

 

 

 

Eglise Notre Dame de l’Assomption  (1874 – 1892)


Très bel édifice néo-gothique très pur que l'on doit à deux architectes qui se succèdent : Eugène Boimen puis Coquillard. Les matériaux utilisés sont de qualité : pierres de Chauvigny, de St Savinien et de Crazanne, tuffeau de Montsoreau, granit de Nantes, ardoises d’Angers et de Renazé.
On peut admirer la pureté de l’édifice : la pierre blanche et le granit s’accordent à merveille.
En façade : statue monumentale de la Vierge et de l’Enfant, les clochetons, pinacles, gargouilles.
Édifice renfermant :
o   une très belle Vierge de l’Assomption (œuvre du sculpteur Vallet) fine et légère taillée dans le marbre de Carrare.
o   Chaire de l’ancienne église (1854)
o   Bas-relief de l’autel Sainte Marie de Vallet (1894)
o   Rosaces et vitraux de Paris-Reby et Meuret consacrés à la Vierge.
o   Grand Orgue fabriqué par Louis Debierre (1891).
o   Dans le clocher : 3 cloches
Cette église a remplacé un autre édifice orienté est-ouest en travers de la place actuelle. Détruite par les Colonnes Infernales en 1794 lors de Guerres de Vendée, elle est reconstruite de 1874-1892 grâce à la générosité des
paroissiens.
Ouverture tous les jours – fermé le dimanche après-midi

 

 

Mis à jour (Mardi, 29 Juin 2010 21:43)

 

C'est au VIIème siècle que l'évêque du Mans lègue à sa basilique la "villa de Nociogilos", ville sur l'eau, probablement Saint Julien. A cette période, l'évêché du Mans s'étendait vraisemblablement jusque sur notre territoire. Saint Julien, évêque du Mans est le Saint Patron de l'église.  C'est aussi le nom de la commune : Saint Julien de Concelles -  concelles venant du mot latin cancellis ou cancella qui signifie barrage, clôture, écluses, celles-ci étaient très nombreuses dans la vallée à cette époque.
La construction de l'église actuelle, de style néo-roman, fût décidée en 1912 en remplacement d'une église datant de 1738, restaurée en 1801 après avoir été partiellement détruite par un incendie à la révolution.  De nouveau détruite, sa reconstruction débute en 1913. Après une interruption des travaux durant la guerre 14-18, l'église fût inaugurée le 15 février 1931. Sans doute faute de financement, elle ne fut jamais achevée. Les pierres que l'on peut voir en saillie sur la façade ouest de l'édifice étaient destinées à  se raccorder à un futur clocher.